26 juin 2014 - Selon une étude de l’EESPA, les prestataires européens de facturation électronique ont traité plus de 800 millions de e-factures en 2013

Selon une étude de l’EESPA, les prestataires européens de facturation électronique ont traité plus de 800 millions de e-factures en 2013


L’EESPA a annoncé les résultats de sa première étude annuelle, fournissant de nouvelles statistiques et un aperçu général sur l’adoption de la facturation électronique au sein du secteur

Bruxelles, Belgique, 26 juin 2014 – Selon les résultats d’une étude achevée en juin 2014, 840 millions de factures électroniques ont été traités et envoyés en 2013 par les membres de l’EESPA (European E-Invoicing Service Providers Association, Association des prestataires européens de facturation électronique), représentant une croissance significative de 19 % par rapport aux 706 millions estimés pour l’année 2012.

L’EESPA a commandé cette première enquête annuelle auprès de ses membres dans le cadre de son engagement permanent pour soutenir la croissance rapide du marché de la facturation électronique et pour suivre son adoption. L’étude a été menée par un tiers de confiance sur la base des volumes réels des transactions, qui ont été recueillis de manière confidentielle auprès des membres de l’EESPA pour les années 2012 et 2013.

La majorité des factures traitées étaient des factures B2B ou B2G (ventes aux entreprises ou au secteur public), avec un total de 603 millions de factures en 2013. Toutefois, les membres de l’EESPA ont également été impliqués dans l’émission de factures B2C (ventes aux particuliers), avec 237 millions de factures au total en 2013.
 

B2B et B2G

2012

2013

Evolution

Direct – Factures électroniques envoyées à des clients

390 494 710

463 512 001

18,70 %

Indirect – Factures électroniques envoyées à des prestataires de services non-membres de l’EESPA, ou à des prestataires de services membres de l’EESPA ne participant pas à l’étude

126 837 404

139 513 992

9,99 %

Sous-total

517 332 114

603 025 993

16,56 %

 

 

 

 

B2C

 

 

 

Direct – Factures électroniques envoyées à des clients

157 670 684

174 493 368

10,67 %

Indirect – Factures électroniques envoyées à des prestataires de services non-membres de l’EESPA, ou à des prestataires de services membres de l’EESPA ne participant pas à l’étude

30 968 673

63 216 762

104,13 %

Sous-total

188 639 357

237 710 130

26,01 %

 

 

 

 

TOTAL

705 971 471

840 736 123

19,09 %



Il était demandé aux membres de l’EESPA de communiquer le volume de factures électroniques envoyées aux acheteurs connectés à leur réseau ou service, mais aussi les volumes envoyés à des acheteurs connectés à un prestataire non-membre de l’EESPA. Chaque membre devait identifier uniquement les factures véritablement électroniques, indépendamment du procédé utilisé par un fournisseur pour recueillir ses données de facturation.

Les chiffres donnent une indication de la représentation totale de l’EESPA dans l’augmentation du volume de factures électroniques traitées aux dépens des documents papier traditionnels. La plupart des membres de l’EESPA ont participé à cette première étude, tandis que certains membres n’ont pu y prendre part pour des raisons pratiques. Quoi qu’il en soit, qu’il s’agisse de volume ou de croissance, les prestataires de l’EESPA contribuent significativement à l’adoption de la facturation électronique en Europe et au-delà. Les réseaux de prestataires et les services aux acheteurs et fournisseurs représentent une part croissante du volume total de factures électroniques. Ces services sont souvent préférés à des relations directes fournisseurs-acheteurs, qui peuvent être compliquées à gérer, et ne permettent pas de tirer parti des effets du « réseau ».

Selon les estimations de l’EESPA comparant les volumes de ses membres par rapport aux estimations totales de factures électroniques traitées en Europe, les membres de l’EESPA traitent et envoient plus de 50 % des factures B2B/B2G envoyées à des destinataires en Europe. Ces estimations se basent sur des hypothèses basses pour les volumes envoyés hors d’Europe par les membres et pour les volumes des membres ne participant pas à l’étude.

L’étude a également permis de recueillir des informations sur le volume des factures échangées avec d’autres prestataires dans le cadre d’accords d’interopérabilité, c’est-à-dire quand des factures destinées à une entreprise utilisant un autre réseau que celui utilisé par le fournisseur sont transférées entre les prestataires de services coopérant. Les volumes B2B/B2G échangés de cette manière en 2013 s’élèvent à 140 millions (127 millions en 2012), représentant un taux de croissance plus rapide que la croissance globale du marché. Curieusement, les factures B2C échangées dans le cadre de l’interopérabilité connaissent une croissance plus rapide encore. La croissance de l’interopérabilité a conduit l’EESPA à proposer un modèle d’interopérabilité, lancé en 2012, et rencontrant une adoption croissante de la part des membres.

« L’étude met clairement en avant le fait que l’adoption et les volumes de facturation électronique échangés entre les entreprises ont considérablement augmenté. Nous nous attendons à ce que l’adoption de la facturation électronique augmente encore plus rapidement en Europe et dans le monde, car ses bénéfices sont de mieux en mieux compris grâce au soutien des normes réglementaires et à une infrastructure favorable », affirme Esa Tihilä, co-président de l’EESPA. « L’EESPA et ses prestataires de services peuvent faciliter le processus de changement en apportant leur savoir-faire au service des instances régulatrices et en mettant à disposition des entreprises des solutions faciles à utiliser et des réseaux de commerce électronique ouverts. »

« Les membres de l’EESPA traitant au moins la moitié des factures électroniques en Europe, il est clair que notre communauté joue un rôle essentiel dans l’automatisation de la chaîne d’approvisionnement, avec ses avantages en termes de coûts, d’efficacité et de liquidités. Les activités de nos membres procurent à leurs clients la confiance qu’ils recherchent, » ajoute Charles Bryant, co-président de l’EESPA. « En travaillant ensemble en tant qu’association professionnelle, l’EESPA continuera à suivre l’évolution de ce changement grâce à cette étude annuelle qui nous permet de fournir chaque année des données récentes et fiables au sein du secteur de la facturation électronique. »

L’EESPA a été créée en 2011 en tant qu’association internationale à but non lucratif. Elle agit en tant qu’association professionnelle au niveau européen pour une large communauté de prestataires de facturation électronique, fournissant des services de réseau, d’externalisation, de finances, de technologie et d’EDI (Échange de Données Informatisé). Elle se concentre sur les problèmes de politique publique, la création d’un écosystème interopérable et le soutien à une adoption massive de la facturation électronique, dans l’intérêt de l’efficacité et de la croissance économiques.

Pour plus d’informations :

Co-président, EESPA Esa Tihilä                                                                                        
Co-président, EESPA Charles Bryant

Contact :
Dora.Cresens@eespa.eu
Tél. : +32 16 437 415
Mob. : +32 475 85 40 39
www.eespa.eu
www.twitter.com/EESPA_EU